Le respect de la Politique de reconnaissance de l’action communautaire

La politique de reconnaissance et de financement des groupes communautaires que Québec a adopté en 2001 devait aussi amener toutes les instances gouvernementales à respecter l’autonomie des groupes et à mettre en place ou maintenir des programmes de financement spécifiques pour l’action communautaire autonome. Le gouvernement s’engageait à « faire en sorte que le dispositif de soutien financier à l’action communautaire autonome soit généralisé dans les ministères et organismes gouvernementaux afin d’appuyer la mission globale des organismes d’action communautaire autonome »[1].

Quinze ans plus tard, de nombreux ministères n’appliquent pas la politique et le gouvernement ne fait pas ce qu’il faut pour qu’elle soit respectée.

Quinze délinquants:

  • 4 ministères n’accordent aucun soutien financier aux organismes communautaires, y compris les organismes d’ACA : ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, ministère des Ressources naturelles, ministère du Tourisme, ministère du Travail.
  • 11 ministères et organismes gouvernementaux n’ont de programme de soutien à la mission[2]:  ministère de la Justice, Office de la protection du consommateur, Office des personnes handicapées du Québec, Secrétariat aux aînés, ministère de la Sécurité publique, Emploi-Québec, Secrétariat à la condition féminine, le volet « Régions » du ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire, Société de l’assurance automobile du Québec, Secrétariat à la jeunesse, Secrétariat à la Région métropolitaine.

[1] Politique, page 27

[2] Des 27 ministères et organismes gouvernementaux qui offraient un soutien financier aux organismes communautaires en 2013-2014 (dernières données disponibles).